Clinique Saint-Jean
Toulon
04 94 36 77 11
Clinique Sainte-Marguerite
Hyères
04 94 12 87 97
Prendre rendez-vous en ligne

Pathologies

Définition

Il s’agit d’une fuite involontaire d’urine par le méat urinaire.


Les deux types les plus fréquents d’incontinence sont l’incontinence à l’effort et l’incontinence par impériosité (besoins urgents). Ces 2 types d’incontinences peuvent être associés mais il existe encore d’autres causes, notamment post opératoires.

35% des femmes françaises seraient touchées dont la moitié avec une gêne. (Jacquetin 92, Vallée 03, Chartier Kastler 06)

 

L’incontinence à l’effort correspond grossièrement à un prolapsus de l’urèthre, avec une hypermobilité de celui-ci. Le sphincter devient alors insuffisant en cas d'effort avec poussée abdominale volontaire ou non. Il n'y a pas de perception de besoin au moment de la fuite.

 

Les facteurs de risques sont les mêmes que pour le prolapsus : les patientes ayant eu des accouchements difficiles (notamment le premier), nombreux, des gros bébés, les femmes faisant des professions nécessitant le port de charges lourdes à répétition ou encore l’obésité, les pathologies pulmonaires chroniques, le tabagisme ou l’hystérectomie. La ménopause et l’âge sont des facteurs aggravants.

 

L’incontinence par impériosité (urgenturie) : le muscle vésical se contracte spontanément et brutalement, donnant une envie irrépressible d’uriner. La fuite survient si le sphincter ne peut compenser cette hyperpression. Les termes de vessie irritable, hypertonique ou hyperactive peuvent être utilisés. On recherche généralement des infections urinaires ou génitales, des calculs, une tumeur, une atrophie des muqueuses.

 

Ces deux types d’incontinences sont régulièrement associés : c’est l’incontinence mixte.

Définition

Comme chez la Femme, plus fréquemment touchée, il existe plusieurs types d’incontinence dont l’incontinence à l’effort, habituellement post-opératoire, l’incontinence par impériosité (besoins urgents) et l'incontinence par rétention (mictions par regorgements).

 

Les incontinences post-opératoires sont classiques mais transitoires en cas de chirurgie de la prostate (prostatectomie radicale et plus rarement chirurgie de l'adénome) ou en cas d'ablation de la vessie avec remplacement intestinal.

Elles sont définitives dans 5 à 10% des cas après prostatectomie radicale pour cancer, et la chirurgie robotisée ou la laparoscopie ne sont pas supérieures à la chirurgie ouverte classique.

Après chirurgie de l'adénome (RTUP / Adénomectomie voie haute), il existe 1% d'incontinence définitive.

Après remplacement vésical, il persiste 25% d'incontinence diurne après 1 an, de gravité différente. L'incontinence nocturne est très fréquente.

 

L’incontinence par impériosité (urgenturie) : le muscle vésical se contracte spontanément et brutalement, donnant une envie irrépressible d’uriner. La fuite survient si le sphincter ne peut compenser cette hyperpression. Les termes de vessie irritable, hypertonique ou hyperactive peuvent être utilisés. On recherche généralement un adénome de prostate (50%), mais aussi des infections urinaires, des calculs, une tumeur, une atrophie des muqueuses.

 

Enfin, les mictions par regorgement sont liées à une rétention chronique de la vessie (le plus souvent liée à un adénome de prostate). La vessie étant toujours pleine, elle se vide régulièrement quand la pression de la vessie est supérieure à celle des sphincters.