Clinique Saint-Jean
Toulon
04 94 36 77 11
Clinique Sainte-Marguerite
Hyères
04 94 12 87 97
Prendre rendez-vous en ligne

Pathologies

Définition

“DESCENTE D’ORGANE” - CYSTOCÈLE - HYSTÉROCÈLE - ELYTROCÈLE - RECTOCÈLE

 

Il s’agit d’un défaut de soutènement des organes du petit bassin. La vessie, l’utérus et le rectum sont maintenus en place grâce aux ligaments et aux muscles du petit bassin. Lorsque ces tissus ne sont plus efficaces, ces organes ont tendance à descendre vers le vagin, jusqu’à s’extérioriser. (en latin, Pro : en avant, Lapsus : glissement, chute)

 

Prolapsus génital est le terme médical général, alors que “descente d’organe” n’est pas très scientifique, mais plus imagé. Les termes en -cèle ou -ptose correspondent au prolapsus d’un organe particulier :

 

 

 

  • Elytrocèle : cul de sac de Douglas, c’est à dire la partie entre l’utérus et le rectum où l’on retrouve généralement des anses intestinales (paroi postérieure du vagin).

 

  • Rectocèle : rectum (paroi postérieure du vagin).

 

  • Trachélocèle : col de l’utérus chez les femmes ayant déjà eu une l’ablation partielle de l’utérus par ouverture du ventre ou par cœlioscopie.

 

  • Colpocèle : vagin sans organe apparent, après hystérectomie totale.

 

  • Entérocèle : présence d'anses grêles dans une élytrocèle.
 
 
cystocele

Exemple de prolapsus touchant la vessie. Plusieurs prolapsus peuvent être associés.

 

 

Cela touche de 3 à 6% des femmes, tous âges confondus, dont plus d’un tiers sont symptomatiques.
(Progetto Menopausa Italia Study Group. Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol. Dec 2000;93(2):135-40 ; Nygaard et al. JAMA. 2008 Sep 17;300(11):1311-6.)


Les patientes ayant eu des accouchements difficiles (notamment le premier), nombreux, des gros bébés, les femmes faisant des professions nécessitant le port de charges lourdes à répétition ou encore l’obésité, les pathologies pulmonaires chroniques, le tabagisme ou l’hystérectomie. La ménopause et l’âge sont des facteurs aggravants.

 

On perçoit généralement une “boule” qui affleure ou sort de la vulve. Néanmoins, on ne ressent pas toujours cette boule de façon très nette. Celle-ci n’est normalement pas douloureuse, mais gênante (pesanteurs), surtout le soir. Parfois, cela s’accompagne d’incontinence, d'impériosités, de difficultés à évacuer les urines, de saignements, de constipation, voire d’infections urinaires à répétition.