Clinique Saint-Jean
Toulon
04 94 36 77 11
Clinique Sainte-Marguerite
Hyères
04 94 12 87 97
Prendre rendez-vous en ligne

Jusqu'au début des années 2000, l'utilisation des chimiothérapies cytotoxiques, dans les cancers de prostate métastatiques, et dont le traitement habituel par hormonothérapie devenait inefficace (jugé en particulier sur l'augmentation répétée du PSA malgré une suppression androgénique ou « castration chimique »), s'est avéré un échec.

 

L'avènement du docetaxel (Taxotere®) a modifié les possibilités thérapeutiques, entrouvertes par la mitoxantrone (Novantrone®) quelques années plus tôt.

Pour la première fois, une molécule utilisée à un stade avancé de la maladie, parvenait à améliorer la survie et la qualité de vie des patients. Trois études contrôlées confirment ces résultats.

 

Depuis Juin 2010, le cabazitaxel (Jevtana®) a montré dans un large essai comparatif, sa supériorité face à la mitoxantrone, chez des malades dont le cancer progressait après ou pendant une première chimiothérapie par docetaxel. Il dispose d'une AMM en France mais n'est pas encore utilisable en routine faute de remboursement à ce jour. Il est disponible lors de protocoles de recherche.

 

D'autres études sont en cours pour intégrer la chimiothérapie plus précocement dans l'histoire de la maladie : pour des tumeurs localement avancées, en cas de progression du PSA mais avant l'apparition des métastases, et pourquoi pas, dès après la chirurgie, pour traiter d'éventuelles micro-métastases.

 

Se développent également des molécules à la frontière entre hormonothérapie et chimiothérapie. Ainsi, l’acétate d’abiraterone (Zytiga®), utilisée chez des patients métastatiques dont la maladie s’aggrave malgré l’hormonothérapie, montre un avantage par rapport au placebo, qu’il soit utilisé avant ou après la chimiothérapie.

Cela permet donc d’avoir une arme supplémentaire et de proposer des séquences de traitement, tantôt par voie orale, tantôt par chimiothérapie, selon l’évolution de la maladie.

 

Plusieurs produits en cours de mise sur le marché vont être disponibles en 2013 et 2014, renforçant encore les possibilités de traitement, surtout à ce stade de la maladie où tout était encore à faire il y a seulement 10 ans.


Dr JF Berdah Oct 2012

 

 

Le service d'Oncologie est l'un des service de l'Hospitalisation Privée les plus importants de France en ce qui concerne la participation à la recherche médicale.

 

Une majorité des nouvelles molécules sont disponibles via des protocoles d'études.

 

  • Proselica : étude internationale randomisée : cancer de prostate métastatique après échec du Taxotère.

 

  • Peace 1 : étude internationale randomisée : cancer de prostate métastatique au moment du diagnostic, n'ayant jamais été traité.

 

  • Getug 20 : étude nationale randomisée : cancer de prostate opéré avec haut risque de rechute.

 

  • Getug 22 : étude nationale randomisée : cancer de prostate opéré avec PSA post-opératoire détectable.